Depuis l’avènement des lecteurs de disques optiques dans nos consoles, les développeurs ont su profiter d’une plus grande capacité de stockage par rapport aux cartouches traditionnelles, mais cette modernité n’est pas sans défaut, car le disque optique est un média fragile qui, même sans être utilisé, se détériore au fil du temps. Dans un futur proche, de nombreux jeux vidéo qui ont été distribués durant la fin des années 80 jusqu’au début des années 2000 seront malheureusement voués à disparaître, mais pour tenter de préserver le plus longtemps possible leur précieuse ludothèque de jeux rétros, certains joueurs ont recours aux fameux CD gravés, mais leur utilisation est-telle sans risque pour le matériel ?

Si vous êtes l’heureux possesseur d’une console de jeux rétro disposant d’un lecteur de disque optique, il est fort probable que vous utilisez régulièrement des CD-R pour exécuter des homebrew, remplacer des disques défectueux ou tenter de préserver vos jeux dûment achetés contre le vieillissement. Bien que graver un jeu peut sembler être un acte anodin de nos jours, il y a toujours des doutes concernant leur effet sur la durée de vie d’un bloc optique surtout quand ont sait qu’il devient relativement difficile de trouver des pièces de rechange en cas de panne. Au vu des prix des consoles rétro, il est donc normal qu’une grande majorité des retrogamers refusent encore aujourd’hui d’utiliser ce type de disques pour ne pas risquer d’abîmer le matériel.

Il faut savoir que contrairement à un CD pressé, la lecture d’un jeu gravé demande un peu plus d’effort pour la lentille, car les techniques pour y inscrire les données sont complètement différentes. En effet, dans le cas d’un CD enregistrable, les données sont inscrites sur la surface grâce à un faisceau laser qui vient brûler directement la couche chimique tandis que le pressage CD consiste à utiliser un moule, le glassmaster, dans lequel sera injecté du polycarbonate (plastique) avant d’être pressé. Durant le processus, des machines sophistiquées contrôlent en permanence les différentes étapes de fabrication afin de s’assurer que les données sont conformes au CD d’origine. Par la suite est alors ajoutée une fine couche d’aluminium faisant office de vernis protecteur avant la sérigraphie couleur afin de bénéficier d’une bonne résistance à contrario du CD-R qui est très sensible aux chocs, à la lumière et aux températures extrêmes.

De par sa fragilité, un jeu gravé se détériora logiquement plus vite par rapport à un jeu acheté dans le commerce, ce qui au bout d’un moment aura pour conséquence de forcer la lentille à travailler davantage pour lire les données. Il est aussi important de souligner que la gravure d’un CD ne sera jamais parfaite puisqu’il s’agit en quelque sorte d’une duplication « artisanale » dont le résultat dépend très souvent du fichier source, mais aussi des connaissances de l’utilisateur et des outils qui lui sont mis à sa disposition.

Dupliquer un disque demande un vrai travail de préparation et c’est une erreur de penser qu’il suffit de balancer un banal CD-R vierge dans son lecteur avant de lancer immédiatement la gravure sans même avoir procédé au préalable à quelques vérifications élémentaires. Il est par exemple possible que l’intégrité des données soit altérée en raison d’une source comportant des erreurs ou bien d’une vitesse de gravure trop élevée. Le CD-R sera neuf en apparence, mais l’usage de ce dernier aura les mêmes incidences sur la lentille qu’un CD en mauvais état. Il est donc indispensable de vérifier l’intégrité des données à dupliquer et de s’assurer par la suite qu’aucun secteur défectueux ne soit présent avant son utilisation.

Étant donné que c’est la bonne condition d’un CD pressé ou gravé qui, sur le long terme, déterminera la bonne santé du bloc optique, cela relève du bon sens de disposer d’un CD-R de qualité, d’un bon graveur et d’un logiciel de renom. Malgré ces précautions, certains jeux gourmands en mémoire peuvent solliciter énormément le bloc optique en accédant constamment aux données présentes sur le disque, ce qui fera sollicitera intensivement la lentille, mais le véritable danger est inéluctablement les homebrew permettant de lire des films sur nos anciennes consoles sauf si celles-ci ont été pensées pour le multimédia comme la PlayStation 2 et la Xbox.

Jeux originaux ou gravés, comment choisir ?

Même si un disque gravé ne pourra jamais égaler la qualité de conception d’un CD pressé, il est parfois préférable d’utiliser un CD-R plutôt qu’un CD original dans le cas où celui-ci serait en mauvais état, mais si après vérification votre CD ne présente aucun défaut majeur, il n’y a aucune raison d’utiliser un disque gravé si ce n’est vouloir ralentir l’inévitable : la mort du disque.

Il est bon de préciser certaines subtilités propres aux GD-ROM de la Dreamcast qui souffrent d’une surface très fragile puisque la moindre tâche ou rayure peut irrémédiablement rendre le disque illisible. Par ailleurs, les jeux récupérés sur Internet sous forme d’image ISO sont très souvent compressés afin de pouvoir tenir sur un CD-R d’une capacité allant de 700 à 800MB et de ce fait, il y a un risque potentiel que le positionnement des données sur le disque ne soit pas correctement optimisé, ce qui obligera la lentille à fournir un travail supplémentaire en faisant d’incessants aller-retour lors de la lecture.

Au vu de toutes les contraintes qu’apportent l’utilisation d’un jeu gravé, il est normal de préférer jouer avec des CD originaux, mais si vous souhaitez tout de même utiliser des CD-R, gardez bien en tête que ces disques sont très fragiles et qu’il faut les manipuler avec le plus grand soin tout en les protégeant de la lumière du soleil, des fortes chaleurs, mais aussi de l’humidité. Puisque ces disques enregistrables ont une durée de vie limitée pouvant aller de 2 à 5 ans, par précaution je ne serais trop vous conseiller d’effectuer régulièrement de nouvelles copies et de jeter les anciennes.

Pour les indécis d’entre vous qui n’arriveraient pas encore à se positionner, sachez qu’il existe une autre alternative consistant à remplacer le lecteur optique par un disque dur ou un lecteur de cartes flash. C’est plutôt radical comme solution, mais ces mods sont une véritable bénédiction, car leur installation permet d’en finir définitivement avec la fragilité et l’usure des CD en plus de redonner vie à une console dont le lecteur serait malencontreusement défaillant. Quoi que vous choisissiez, gardez bien en tête que vos jeux et vos consoles finiront, un jour hélas, par ne plus fonctionner.

Partager cet article